la chèvre naine: une ressource zoo génétique que nous avons tendance à ignorer

chèvre naine de guinéenne

Originaire du Fouta Djalon, la chèvre naine guinéenne est la seule race caprine localement rencontrée au Bénin. Encore appelé « chèvre djallonké » elle peut atteindre une taille maximale de 50cm. D’où son nom « chèvre naine de guinée » faisant allusion à sa petite taille. Très rustique, elle est très répandue sur le territoire national. Tant en milieu rural qu’en milieu urbain où elle est élevée en divagation (système traditionnelle dans lequel les animaux sont laissés en liberté totale).

Enclos pour chèvre

D’une importance socioéconomique très remarquable, la chèvre naine est élevée pour sa viande. C’est l’animal le plus utilisé pour les sacrifices et les cérémonies dans certaines localités du Bénin. Avec un rendement à l’abattage très élevé de l’ordre de 60%.cabri en divagation

Malheureusement cette Ressource  Zoo Génétique (RZG) reste encore sous exploitée et ne s’inscrit pas dans une logique de développement. La chèvre naine est l’une des rares RZG qui ne bénéficie d’aucuns appuis de politique pour son développement. Aucune étude jusqu’à ce jour ne renseigne sur les caractéristiques génétiques de cet animal. Sous l’effet de la poussée urbaine très forte ces dernières années, ces animaux se font de plus en plus rare dans certaines localités. Notamment au sud où ces animaux continuent d’être élevés en zone rurale. De plus l’option récente de l’élevage des animaux à cycle court a amené certains paysans à abandonner cette filière. Par contre dans la région septentrionale, les multiples croisements non contrôlés avec la race sahélienne

??????????

Il urge donc que le gouvernement accorde également un crédit spécial à cette filière au même titre que les autres RZG. A travers la création de station spécialisée dans la conservation et l’étude de l’amélioration de cette race locale. Mettre en place une politique bien structurée et concordant avec l’environnement socioéconomique actuel pour son amélioration. Sensibiliser les éleveurs sur les techniques améliorées d’élevage et assurer une couverture sanitaire permanente des exploitations. Menons des actions concrètes de préservation avant qu’il ne soit trop tard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s